Interview de Jean-Paul Cluzel, PDG de RFI

Extraits d'un entretien paru dans le numéro 2552 (du 12 au 18/12/98) de Télérama

 

En arrivant à la tête de RFI, il y a exactement 3 ans, Jean-Paul Cluzel remettait à plat tous les programmes de la radio mondiale pour en faire une radio d'information continue à mi-chemin entre France Info et France Inter. Le Conseil Supérieur de l'audiovisuel (CSA) vient de lui renouveler son mandat.

Télérama : quelles sont vos priorités pour les années à venir ?

Jean-Paul Cluzel : la numérisation. Elle va nous permettre de régionaliser nos programmes, de nous rapprocher des préoccupations et des centres d'intérêt de nos auditeurs. Pour l'Europe, je souhaite donner une couleur à notre antenne, affirmer sa personnalité. Et progressivement intégrer de façon plus harmonieuse la musique aux émissions en français ou en langues étrangères. En Afrique, nous devons améliorer la convivialité. Et puis, il y a le chantier Internet. Pour tous ces objectifs, le gros œuvre est fait, il faut désormais approfondir, peaufiner.

Télérama : En France, quand entendrons-nous RFI ailleurs qu'à Paris ?

Jean-Paul Cluzel : Je viens de demander une fréquence à Marseille, mais de manière plus générale, pour ce qui concerne notre diffusion dans l'hexagone, je souhaite d'abord en parler avec Jean-Marie Cavada, le nouveau PDG de Radio-France. Nos sociétés travaillent en concertation régulière. Il suffit pour s'en apercevoir d'écouter France Info ou France Culture...

Télérama : En vous renommant, les sages du CSA vous ont-ils donné des consignes ?

Jean-Paul Cluzel : Ils ont rappelé les problèmes budgétaires qui se posent au service public et insisté sur l'importance du dialogue social dans l'entreprise.